•  

     

     

    PEACE LINES

    MESSAGERIES

    DE LA PAIX

    www.peacelines.org

    peacelines@gmail.com

     

    Yocheved Lifshitz

     

    Newsletter n° 124

    January 2024

     

    THIRTY YEARS ON

     

    Thirty years I have been involved in continuous action against warfare, and for constructive coexistence. Since the summer of 1993, from Sarajevo and Bosnia, Croatia, Serbia, Kosovo, to the civil war in Algeria, and then Israel & Palestine. On my birthday, October 22, 2000, I was in Ramallah, a rare foreigner there during the explosion of the Second Intifada. Ten days after two waylaid Israeli reservists in a civilian vehicle, Yossef Avrahami, a toys salesman, and Vadim Nurzhitz, a truckdriver, were taken to a police station, which was stormed by a raging mob, who lynched them to death.  https://en.wikipedia.org/wiki/2000_Ramallah_lynching

    That very night, October 22, 2000, I was taken away by two young men in jeans and leather jackets to a no-man’s land outside the heart of the city, a desolate place with unfinished construction, and I had no choice but to follow my captors into an empty building with no doors, no windows. They suspected I could be a zionist spy. I was fortunate enough to pass the test, and they sent a young boy to buy pita and hummus for a shared meal. I spent the night with them on foam mattresses on the floor in this bare flat without windows, and in the morning they drove me back to town. I realized, looking at mounts of dirt and rubble on the way out, that my destiny would have ended there had I not passed the audition.

    That’s the way it goes, at those latitudes. Until October 7, it was rather all quiet though. Take a look at the Lifshitzs, before 2023, in front of their little cottage in Nir Oz, South-East of Gaza. Yocheved is the woman you see, in the upper corner, after her release from the Gaza tunnels. Oded, her husband, 84, is still detained down there.  

     

       Or take Masoud’s family, in Gaza, in their little garden, where he loves to grow aromatic plants and light a little fire, with his children around. Now his family has been displaced, along with one million others they say, to the South-West of Gaza, to a barren space without drinking water from the taps, without shelter, without any proper food. Where infants have passed away, due to the lack of food. It’s cold, windy and rainy now there.  

     

    All these people were happy before October 7. Happy and quiet.

    • Why do you feel you have to tell us of these people in particular ?

    Because I happen to know Masoud. In Amos Oz’s words, he is « an agreeable man, reflective, soft-spoken, a receptive listener ». An English teacher at university level, like my father, he is a good teacher, clear-headed, open-minded, and patient. I went to his classes at the Islamic University in Gaza, right in front of the UNRWA headquarters – his students like him, all strive to progress under his guidance. Nineteenth-century and twentieth-century English literature, from Bernard Shaw and H.G. Wells to Aldous Huxley, Graham Greene, have few secrets for him. I admit I have a foible for English teachers. I see them as ambassadors of the universal mind – isn’t English the easiest language in the world ? Masoud also invited me in their Barcelona Park modern flat, and I felt comfortable there, quite at ease.

    • What of the Lifshitz couple then ?
       

    I have only been to Sderot, where I have friends that I care for, and to Kfar Aza, Nahal Oz, with Vivian Silver and her group of Women Wage Peace, by the Fence. As you will remember, Vivian, born in 1949, was burnt alive in her home in kibbutz Be’eri, five kilometers South of Nahal Oz, fifteen North of Nir Oz, where the Lifshitz lived. Note that Oded Lifshitz, born in 1940, defended Bedouins ; he was a journalist witnessing what happened in the Palestinian refugee camps in Lebanon in 1982. With his wife Yocheved, they have four children. One of their grandsons, Daniel Lifshitz, a former goalkeeper, also is a peace activist, helping Palestinians from Gaza in need of medical transportation, driving them from the Erez Terminal to hospitals in Israel, where they could get the best proper care.

     

     

    • Why focus more on Yocheved Lifshitz then, Oded’s wife, since she’s been released ?

     

    Maybe because on the picture of her in hospital she reminds me so much of my mother, when she was hospitalized. And also because she came across Sinwar when she was detained in the Gaza tunnels, and she had the nerve to face him and speak her mind to him, without any fear.

    « How can’t you be ashamed of yourself ? » she cried out. « To do such things to people who, for years, have upheld peace with you ? »

    She says he remained silent, did not flinch. For he is not the flinching type.

    2013 was the time I met him in Gaza, some twenty months after he had been relased in the Shalit deal, after spending twenty-two continuous years in Israeli jails. I met him not in a tunnel, but in a ministry, surrounded by people, ordinary people. He was fifty-one then. Intense and tense, a man of few words, with an overloaded agenda. I had the feeling of hugging a cold-hearted man, who would never smile, and who had no time to lose with me. He knew who I was and what I was about – our Experimental Bilingual Programme, approved by his government in 2006, to teach teenagers the codes of non-violent resistance and constructive coexistence, and that did not seem to match his priorities. I think I could tell the Lifshitz family why he was not ashamed of ordering the October 7 onslaught.

    • Does that mean you consider terrorists as partners in dialogue ?

    David Grossman, probably the most profoundly human analyst in Israel, wrote in January 2006, that « To think (or to write) about the enemy does not necessarily mean to justify him. » adding, for anyone « to write about the enemy means, primarily, to think about the enemy (…), even if he is absolutely convinced of his own justness and the enemy’s malice and cruelty. » and, to me, this is so essential. Besides, all those years, I had a work permit delivered by the Israeli COGAT – the Coordinator Of Government Activities in the Territories, and I would enter the Gaza Strip through the Erez Terminal, not sneaking through the Egyptian backdoor.

    Grossman defines an « Archimedean point », with his « ‘principle of Otherness’, whose deep-seated meaning, if you wish, is the rightful existence, the stories, pains, and hopes, of the Other.» « If we can only reach this Archimedean point, we can begin to dismantle the barriers and detonators that prevent us from solving the conflict. »

    A pretty tall order, where we’re at, in  January 2024, but wars come and go, appear and disappear, like hurricanes or viruses. There have been six wars, or « operations » (2008/2009 - 2012 - 2014 - 2018 - 2021 - May 2023) between Israel and what we call « Hamas », since they seized power from their secular rivals in 2007, and this seventh war, started by Hamas on October 7, 2023, will pass too. Our concern is to properly anticipate the way this war may evolve and can end.
    • How do you define your stand then ? What is your interest in this conflict ? Do you have family in Israel, or the Palestinian Territories ?

    My first entry visa into Israel was February 1984. I don’t have any family there, on either side. In 1984 I had a visa to Egypt, and I crossed the Gaza Strip from North to South on my way to Rafah. I then stayed with a family of Palestinian teachers who have since emigrated to Canada. I had my first violent taste of how the people reacted to the Jund, the army, and the « Yehudi » - they would not say « Israelis », but « Jews, Yehudi » only. I later returned to Gaza, during the First Intifada (1987-1993), including to Jabalia, the place where this uprising had started.

    In many ways, I feel deeply at home in this land. More than I could say. My experience of the civil war in Algeria (1990-1998), my native land, has made me wary and weary beyond limits of any speech legitimizing bloodshed and bloodbaths. 150,000 lives lost in Algeria, how many wasted, amputated : Muslims against Muslims. In the name of what ?

     

    I just do not believe in the ancient creed of endless wars, unavoidable conflicts. My point-of-view is that of a stretcher bearer, a nurse, a surgeon : we have far enough loads of pain to carry in ordinary times, with obesity, diabetes, cancers, and what not, to afford any extra burden.

    • What else about your encounter with Yahya Sinwar ?

    As he’d been released after spending most of his adult life in jail, I expected to feel a sense of recovered freedom in him, but it was not the case. Escorted as he was, maybe by his younger brother, he was not a free man. But then, who in upper power circles is a free man ? And how can you be a « free man » when you live in an enclave, with the exit gates locked, blocked and controlled by both neighbours, the Israelis and the Egyptians – as none of them wants to have anything to do with the Muslim Brotherhood, of which Hamas is a part. The Egyptians actually ban it, repress it, don’t they. Remember the Rabaa massacre in Egypt. August 14, 2013. A « zero-tolerance policy of dissent », according to Amnesty International. We always hear about Israel as the gatekeeper of Gazans in their « open-air prison » (in British PM Cameron’s words in 2010), but it is only fair to recall that this is a duo of gatekeepers, not just a solo.

    https://www.aljazeera.com/news/2023/8/14/turning-point-what-happened-during-egypts-rabaa-massacre-10-years-ago

    Looking for that Archimedean point, you come upon a recent inquiry into who exactly Yahya Sinwar is, documented by one of his interrogators when he was a prisoner in Israel, who insists he is « a very intelligent, charismatic person, with unusual leadership skills. »

    https://www.ynetnews.com/magazine/article/hyw00ksu00a    YNet News, January 6, 2024

    You may wish to check into another inquest, the first interview ever given by Sinwar, well worth reading, by Francesca Borri, an Italian journalist working for La Repubblica :

    https://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-5364286,00.html   October 5, 2018

    • What is your main concern, as of now, January 2024 ?

    https://www.nytimes.com/2024/01/13/world/middleeast/houthis-yemen-us-strikes-gaza.html

    The lack of food for displaced Gazans, on top of the number of destroyed houses and buildings. Coupled with the growing insecurity for Jews, from Europe to the United States, unrelated as they are to the current war between Israelis and Gaza Palestinians, targeted for what they are, sending us back into the darker days of racial hatred.  
     

     

    This is not « just » a local problem, restricted to one limited portion of the globe. We see « Houthi » militias in Yemen, Iran-backed, attacking commercial vessels in the Red Sea, in the name of solidarity with Gaza. Forcing some two thousand ships around Africa instead of using the Suez Canal.

    • Back to Huntington, and his Clash of Civilizations?

    Michael Kobi, the man who interrogated both Ahmed Yassin – the spiritual founder of Hamas in Gaza – and Yahya Sinwar, in jail, concludes :

    « Hamas’s war against us is a religious war and they want to annihilate us because we’re Jews. Period. »

     

    • Could he, Kobi, be prejudiced ?

    It’s not just Kobi, but Dr Becker as well, who has his own angle, as a clinical criminologist and psychotherapist. “On the one hand, I don’t want to accuse an entire society, but on the other, beyond doubt, a society has developed in Gaza that is unrestrained and that sanctifies death and violence. » Adding, about Sinwar, « He’s a man with an extremist political and religious agenda that lead him do things that shock us, but that he regards as advancing his life-long cause. »

    Concerning Michael Kobi, the man who dealt with both Yassin and Sinwar in Israeli jails, he states that they do go by the Hamas Covenant, and that the latter is widely taught in Gaza schools.

    « Sinwar ensures that the covenant is taught in all schools in Gaza. »

    As for Ahmed Yassin, during interrogations, « he wasn’t afraid to say that they would wipe us off the face of the earth – if not now, then in a decade’s time, and if not in a decade, then in a century. Ultimately, they would set up an Islamic state in the Middle East and after that, they’d make the whole world Islamic. »

    • Revisiting Francesca Borri’s interview in May 2018, doesn’t it strike you, the sort of visionary warning that was emitted then by Sinwar: «I don't wish prison on anybody. But really anybody. Not even those who today—across that barbed wire—knock us down like bowling pins and laugh, and don't realize that they might end up in 25 years at the Hague. » It’s been a little over 5 years, not 25, and here we are, with South Africa making a case for genocide at the International Court of Justice in Haag.

    Sadly, Mandela passed away ten years ago, and Archbishop Tutu departed in 2021. Their legacy seems to belong to the past century. The current South African stand has one merit though : it pushes one to find precedents as far as their present accusation goes.
    History has recorded three genocides in the twentieth century :

    The way Turks exterminated 77% of the Armenian population in 1915 – by their Grand Vizier’s own estimates. « The definitive solution to the Armenian Question » , in his own words, meant the massacre of one and a half million people, the deportation of the others, or their forced islamization.

    The better known Holocaust led to the murder of six million Jews in German-occupied Europe, from 1941 to 1945 (cf map). Two thirds of European Jews were exterminated by the nazi system. One and a half million Jews were murdered in just a hundred days, from July to October 1942. «a rate approximately 83% higher than the commonly suggested figure for the Rwandan genocide ».

    (Wikipedia)

     

     

    Taking us to Rwanda, in 1994, where two thirds of the Tutsis were massacred by the Hutus and their militias – close to eight hundred thousand slaughtered in a hundred days, from April to mid-July. In the same time, « rape was the rule, systematic, and was used as a weapon », according to the UN special Rapporteur Degni-Segui, in his 1996 report on Rwanda.

    Sickening as these forays into the history of our common humankind are, they remind us that we skate on very thin ice, as far as « civilization » goes, from Turkey to Europe and Africa, not even going further into the bloodbath of three million Vietnamese killed by the US, the million and a half victims of the Khmer Rouge in Cambodia in the seventies, the genocide of the Native Americans by the Europeans in the 19th century, with its toll of some five million victims,  and closer to us, in 2014, the enslavement and massacres of the Yazidi and Christians, by Daesh, the Islamic State, in Syria.

    • What do you make of the Hague ruling then, on January 26 ?

    The first impression is that what we call « the international community » has double standards. When the Russians practised carpet bombing, « indiscriminate bombing », in Aleppo, Syria, for instance, in 2015, and killed around 20,000 people to « eradicate terrorism » and the Islamic State, a few NGOs worldwide protested, but nobody seemed to care. When the Americans and their allies, in the same period, recaptured Mosul, Iraq’s second city, from the blood-stained hands of Daesh, the Islamic State insurgents, they left 40,000 killed behind them, fast forgotten.

    The second impression is that we are facing a new kind of awareness about the horrors of war on a massive scale. As if they did not watch the effects of war from the Netherlands, but from the moon. The Hague justices did not choose to order Israel to stop its operation though, as they could have.

    Their ruling was based on the heavy destruction of houses and buildings in Gaza, and the blood-curdling losses of the Palestinian population in a hundred days, but, again, it stopped short of condemning Israel. It actually gave it licence to pursue its operation, with the warning it was being watched closely.

    • How do you analyze the Resolution that was passed by the Security Council of the United Nations, prior to the Hague ruling, on December 22, 2023 ?
    Interestingly, it was passed with 13 votes, and two abstentions only (Russia and the US, the old world gendarmes competing for supremacy). None voted against. It is noteworthy to stress that the Security Council then was not composed only of its main core of five, China, France, Russia, the United Kingdom, and the United States, but also of small Albania, Brazil, Ecuador, Gabon, Ghana, Japan, tiny Malta, Mozambique, Switzerland, and the United Arab Emirates.  A fairly balanced equation, if any.

     

    The document itself, Resolution 2720,  is composed of thirteen specific points, the majority of them concerned with the « protection of civilians and civil objects » and « humanitarian assistance » (1, 2, 3, 9, 10, 11) ; three of them being about the nomination of a « Senior Humanitarian and Reconstruction Coordinator » and the safety of UN personnel (4, 5, 6, 13) ; one, to « demand the immediate and unconditional release of all hostages » (7) ; and one reiterating an « unwavering commitment to the vision of the two-State solution » (12).

    The Senior Coordinator has been appointed since, a Dutch citizen, Mrs Sigrid Kaag.

    We wish her good luck.

    Whether the Coordinator will have « the necessary personnel and equipment in Gaza » (6) remains to be seen. Truly hoping that this goodwill mission will not know the fate of the UN headquarters in Baghdad, August 2003, when a terror attack resulted in the death of 22 people, including the High Commissioner for Human Rights, Sergio Vieira de Mello, thus terminating any prospects for the role of the U.N. in Iraq.

    • How come you don’t ask for an immediate cease-fire, the way peace organizations have done, since you are one of them ?

    « It is an easy thing » to bleat with the sheep and howl with the wolves – even the heads of the Palestinian Islamic Jihad demand a cease-fire. Like an abstract proposition, out of the blue, going nowhere fast. Then « the groan & the dolor are quite forgotten And the captive in chains & the poor in the prison & the soldier in the field », in William Blake’s words. As if one were some long gone Urizen, some celestial incarnation of reason and law, so high above, pretending to measure the terrestrial mess with perfect tools… or a would-be guru chanting for rain in the drought. « Stop war ! », « Time to stop the killing ! ». Etc. Even the Security Council of the United Nations and the Hague justices refrained from such vain incantations.

    • What is your position then, as far as the cessation of war goes ?

    It’s the conditions of possibility  of a « durable cessation of hostilities » - in U.N. parlance.

    • Meaning ?

    We need to check the exact chronology, from 2005 till now, from the evacuation of the Israeli settlers in Gaza till October 7, 2023, since the crux is Gaza. Double-check the Deaths preceding the (present) war again (above). 6,407 Palestinians killed, from January 1, 2008, to the summer of 2023 – along with 308 Israelis. Compute it with the number of rocket and mortar attacks at Israel.

    https://en.wikipedia.org/wiki/Palestinian_rocket_attacks_on_Israel

    Isn’t it high time for the Gaza strategists to revise their vision of the future, conceiving what a win-win scenario could be, instead of the same stuttering lose-lose ?

    • Are you taking sides then, blaming one against the other ?

    I’d rather address the core of the issue, if there is one to be found.

    Amos Oz, one of the most precise observers of the past century, has always brilliantly maintained that the problem is of Right vs Right, a conflict Between Right and Right (To cure a fanatic, Princeton University Press, 2006). Unfortunately, he passed by the end of 2018.

    Wouldn’t he say now that it has tragically switched to Wrong vs Wrong ?

    Remembering Yocheved Lifshitz’s outcry, facing Yahya Sinwar, in the dark, damp tunnels : How can’t you be ashamed of yourself ? But also remembering the endless hours in the morning of October 7, when the unarmed inhabitants of the communities around Gaza were left unprotected, helpless before their aggressors.

    • What do you make of the endless feeling ?

    There was this TIME magazine cover, back in 1988, conveying the feeling. Israel, since its birth, has had to confront six main wars, 1948, 1956, 1967, 1973, 1982, 2006, plus the two Intifadas (1987-1993 and 2000-2005), with the whole series of Gaza wars and operations : 2008-2009, 2012, 2014, 2016, 2021, 2023-2024 …/…

    As for the Gaza children born around 2000, all they have known is bombings, rockets and missiles, drones and Apache helicopters.

    The whole devastating chorus of Defiance and Crackdown. Begging out loud for a switch in visions, a shift in strategies. The way it happened in Ireland and the Basque homeland.

     

    • How can you compare Ireland, the Basque homeland, and Palestine ?

    Simply enough. Take this picture. From a video released on October 20, 2011. It shows three leaders of the ETA announcing at a press conference that their group, defined as a terrorist organization by the European Union, « has decided the definitive cessation of its armed activity ».

    At the end of the video, they raise their fists, as a last-minute reflex, and conclude :

    « It is time to look at the future with hope. It is also time to act with responsibility and courage. »    To act with responsibility and courage.

    It took ETA six years from that point on to fully demilitarize. In April 2017 it handed in its last weapons, and in 2018 it went as far as to apologise to its victims, a few days before it formally and finally declared its dissolution.

    • Are you daydreaming of the dissolution of Hamas and Islamic Jihad ?

    It could be convenient to elaborate a modest version of « I have a dream », bearing in mind that yesterday’s dreamers have become todays’ elected leaders, Martin Luther King having morphed into Barak Obama. In the course of forty years.

    Any way you look at it, we’re not talking about a dream here. Terror has no future in modern, solid societies. Regardless of the alibis it covers itself with. The Irish first, in Europe, and then the Basque, have shown the way. Have they reached their stated goals ? Not that we know of. Does that mean they have failed ? Undoubtedly, they have failed to convince people of their righteousness, of the adequacy of the means they resorted to.

    In this uncompromising light, the choice for their operatives, as they’re also called, is twofold : either the Irish way, dump arms deliberately, by and by, of their own volition, or the Algerian way, a forceful eradication by military means. In Algeria, the civil war imposed by terror groups lasted ten years, and cost the nation its second profound scar in the span of forty years. In the end, terror as a « political » strategy disappeared. The Algerians, after choosing eradication of terror,  have more or less forgotten their Black Decade (1992-2002).

    Call it Gandhi’s victory post mortem. Give it two generations, and you go the American way, get Obama, whether he was your candidate or not – or you go the Algerian way, and you get Bouteflika (with his plan then for a national reconciliation) and a violent end to all terror attacks.

    • What of the Islamic context then ?

    No Muslim state is willing to fund terror groups in 2024 – with two notable exceptions, Iran and Qatar. Look at it long enough, and find out that, paradoxically, the radical insurgents, from Algeria, Afghanistan, Iraq, to Palestine, have been working, actually, for the arms industry. Somehow, objectively speaking, Bin Laden and Zawahari, al Baghdadi, have been commercial agents for Lockheed Martin and Northrop Grumman Corporation.

    Deif and Sinwar are good for Israel Military Industries (IMI) and Rafael (the National Armaments Development Authority) – and for all the companies involved in building walls and barriers, with their exponential load of sensors and surveillance devices.

    • Is this part of a Wrong vs Wrong theory ?

    What is dead wrong for people, for human beings, is so profitable for others – others with a vision of personal profit galore plus progress. Take the case of Smart Shooter, a small startup which has developed into a self-sustaining enterprise. Its CEO states clearly, « This is the finest hour of the defense industries », and it « would also be nice to be purchased for a billion dollars ».

    2023 ? It’s been « the best year ever in Israel’s history », as far as exports go of weapons systems, with the war in Ukraine and now the war in Gaza. Registering unprecedented peaks in orders from all over the world – the US, the UK, Germany, India, the Netherlands… Reminding us that Israel ranks number nine among the world’s largest arms exporters, with a record of 831 million (Trend Indicator Value). In between Poland (452) and Spain (950). Still far behind the UK (1,504), Germany (1,510), Italy (1,825), and China (2,017). Lagging behind the three giants : Russia (2,820), small France (3,021), and the usual winner, the US, so high above the pack of competitors (14,515).

    This is no confidential information – the latest Top Ten (2022) can be found at SIPRI’s (Stockholm International Peace Research Institute) and with Wikipedia. The Smart Shooter CEO’s world vision can be read from Ynet News, December 23, 2023, and she does have a point or two about minimizing the risk for soldiers on the field, deterring instead of killing, and « ensuring that innocent civilians remain unharmed ».

    https://www.ynetnews.com/business/article/hkpuon4pp?utm_source=taboola&utm_medium=referral&utm_content=internal

    • What is the rationale of the Nobel Call you support, « For the Release of Hostages and a Durable Cessation of Hostilities » ?

    We’ve heard of a « suicidal drive » by Deif & the Sinwar brothers, the military quintette in Gaza. Their original plan for October 7 must have been brilliant (to breach through the border in some twenty points, neutralize all cameras and sensors with explosive drones, launch attackers in paragliders over the Wall) – admittedly well conceived and executed, taking the enemy by surprise, but the follow-up was a disaster, for lack of well-disciplined troops, and letting just about any potential criminal rush through the breaches. More than this, the unforgivable part was, from the start, giving the order to kill as many people, civilians included, as they could, and kidnap the rest in numbers, men, women, infants, of all ages.

    The rationale of this Nobel Call is in the same spirit as the Nobel Call for Algeria, in 1998.

    We are human beings – wherever. I MI SMO LJUDI was the password in Middle Bosnia. I mi smo : We are… Ljudi : Human beings.

    We are the members of the same human species – come what may.

    Little wonder that we oppose bargaining with hostages’ freedom and lives, the way it is being done between Gaza and wherever the political leaders reside, in Qatar or Turkey. The simple idea of treating human beings as pawns, bargaining chips, is horrendous, is it not.

    Hence our demand for an end to all attack and sequestration tunnels in Gaza.

    • Don’t you know of the polls in the West Bank showing a surge in popularity for Hamas and its allies ?

    Call it a rash instant reaction, mixing denial of the facts and emotional vainglory at the short-lived technological victory. In the past century, they could have got away with it. Not anymore. Anybody with access to irrefutable info has had to realize that the scope of the 10/7 onslaught and its atrocities make its perpetrators and commanders universal outlaws.

    Add to it that the military quintette seized power from the political echelon, and did not inform them until the last instant, in the early hours of October 7. Had they limited themselves to a « clean » military op, with only soldiers captured, it would have meant an amazing victory. This will not remain the only case in which a deviant military wing overpowered the political establishment, to be later discarded and eliminated.

    Again, when you manage to rise above the damning circumstances, you realize that no Muslim leaders, emirs, authorities, condone October 7 – except in Tehran, to a degree.

    • Now, when all’s said and done, isn’t there a growing urge, inside out, to get it over with?

    Quite the opposite. You should stop viewing this « old blood feud » the way Kafka portrayed it in 1917, as just a local, alien mess between Schakale und Araber, Jackals and Arabs. It is more of a universal divide between a Spartan democracy (with some Athenian tendencies) and a Persian tyranny (in the Greek sense of the word). If you will, a conflict within us all, between two ways to govern – oneself and others. Take the way the Gazan war chiefs decided to attack their neighbours, burn, loot, seize hostages and bring captive females back as trophees : the way Greeks made war, thirty-two centuries ago – remember the siege of Troy and its ransacking (1184 B.C.). Except that this is the 21st century in the common calendar, and this is not just a war between nations as ways of life.  

    You have other actors in the shades : the major weapon manufacturers, whose fortune depends on warmongering – the Russians at Almaz (98% of the total Almaz revenue from weapons) ; the British, with BAE Systems (95%) ; the Americans with Lockheed (89%), RTX Corp. (87%) and Northrop (86%) ; and some smaller players, the Italians with Leonardo (72%), the French and the Chinese, with Thales, and China Electronics Technology Group (46%). Arms have to be manufactured on a massive scale, for massive profit, and have to be tested, used, sacrificed, for the following generations of military products.

    The (in)famous lie about Iraqi president Saddam Hussein’s Weapons of Mass Destruction, as spread by the highest authorities, in the US and the UK, was a necessary ploy and alibi to get the whole financial market rolling, back in 2003. The real Weapons of Mass Destruction were around the bend, waiting to be used. With their toll of 300,000 human beings massacred, including 200,000 civilians.

    Thence, rather than howling with the usual packs of wolves, or bleating with Panurge’s sheep, maybe we’d better just start thinking things over, from their concrete, non ideological, chains of causes and effects. Thinking outside the boxes of caducous software.

    In Martin Luther King’s words, « there is little hope for us until we become tough-minded  enough to break loose from the shackles of prejudice, half-truths, and downright ignorance. »

    In our words, in Algeria, (Nobel Call for Algeria, 1998), as in Israel and Gaza today : « Let the will to live prevail, free and fearless ! » No political or religious speech, whatsoever, can ever legitimate the massacre of innocents, the murder of a child, the rape of a woman.

    What was true in Algeria in the nineties remains true in Israel and Palestine in 2024. A demilitarized Palestinian state already exists in the West Bank. Let it prevail. The Gaza Strip is part and parcel of Palestine. « There is the way of nonviolent resistance. »     ( MLK ) 

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

    Newletter 124 - January 2024

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire

  •  

    PEACE LINES

    MESSAGERIES

    DE LA PAIX

    www.peacelines.org

    peacelines@gmail.com
     

     

    Lettre de liaison n° 125

    15 janvier 2024

     

    à Massimo, Karim, Chemoule, et à leurs sœurs, leurs enfants

    « One way or another, this darkness got to give… »

    D’une façon ou d’une autre, ces ténèbres doivent s’effacer.

    New Speedway Boogie, the Grateful Dead

     

    Martin Luther King pourrait avoir 95 ans ce 15 janvier. Il devrait être parmi nous – pourquoi pas ?

    Son épouse, Coretta Scott King, qui avait soutenu notre première campagne Nobel, pour la paix en Bosnie, en 1995, est partie en 2006. Le Révérend Desmond Tutu, voici deux ans, fin 2021. Ce sont des « luminaires », des porteurs de lumière irremplaçables, et irremplacés. A nous, donc, de prendre humblement nos relais, et de faire une partie, même modeste, du travail de conscience.

    Puisque c’est de cela qu’il s’agit, pour chacun de nous. Vivre toujours plus en conscience. Avoir une conscience claire, précise, des situations, globales et locales, qui nous entourent.

     

    Nous n’oublions pas que, à Gaza comme à Naplouse, Jérusalem, c’est de notre premier petit livre bilingue, The Spirit of Luther King, que nous sommes partis, dès 2003. Notre premier outil pour la coexistence lucide.

    Et puisqu’il est question de Gaza, la photo de droite est celle de Haïm Peri, âgé de 80 ans, aujourd’hui détenu dans un souterrain de Gaza, depuis son enlèvement chez lui, dans le village de Nir Oz. Nir Oz : communauté de 400 âmes, à quelques kilomètres de Gaza, dont un tiers des habitants ont été kidnappés – quel que soit leur âge, de 9 mois à 84 ans – ou massacrés, le 7 octobre.

    2019-2023. Notre dernier voyage en Israël et dans les Territoires Palestiniens remonte à la fin 2019. Après, il y eut, pour tous, chrétiens, athées, musulmans, juifs, etc. le Covid, trois ans durant. Avec son bilan mondial évalué à « au moins 20 millions de morts » (OMS), après une première estimation à 7 millions.

    Aux Etats-Unis, 1 million 100.000 morts (3.430 par million d’habitants). Au Royaume-Uni, 229.000 morts. 191.000 en Italie. 175.000 en Allemagne. 168.000 en France, dont ma propre Mère, le 11 octobre 2022…

    Février 2022 : la guerre éclate en Ukraine. On estime à plus de 300.000 les pertes humaines russes, et 200.000 les ukrainiennes, en deux ans. En Russie, le Covid avait fait 400.000 morts en trois ans et demi. 110.000 en Ukraine.

    De la guerre comme virus. La durée de vie d’une pandémie est de trois ans en moyenne.

    Pour mémoire, la distance par la route entre Paris et Kiev est de 2.400 km. 5.000 A-R.

    Entre Paris et Sarajevo, elle était de 1.800 km.

    1.200 km aller et retour qui font la différence ? Nous avons décidé, en 2022, de ne pas nous mêler de la guerre civile ukrainienne. Pas seulement pour une raison kilométrique ou statutaire - le Manifeste de Peace Lines, nos Messageries de la Paix, prévenait clairement (art.9) de La conscience de nos limites : Parce que nous ne pouvons nous mêler de tout, tout le temps, nous voulons rester lucides sur ce qui dépend de nous, ce qui est à notre portée, et ce qui ne l’est pas.

    http://www.peacelines.org/manifeste-2001-c24649122

    Essentiellement, parce que ce conflit sur le dos des peuples ukrainien et russe est avant tout un affrontement de puissances exportatrices d’armes (Etats-Unis en tête, Russie, France, Angleterre…), et que le « théâtre » sanglant de la guerre sert avant tout à l’expérimentation des matériels militaires (blindé américain Bradley contre char russe T-90 – lire dans GEO l’article du 22 janvier 2024 : de la guerre comme extension des jeux de guerre vidéos).

    Se reporter aussi à la déclaration papale Urbi et Orbi, de Noël 2023 :

    « … dire “non” à la guerre, à toute guerre, à la logique même de la guerre, voyage sans but, défaite sans vainqueurs, folie sans excuses. C’est la guerre : voyage sans but, défaite sans vainqueurs, folie sans excuses. Mais pour dire “non” à la guerre, il faut dire “non” aux armes. Car si l’homme, dont le cœur est instable et blessé, a en sa possession des instruments de mort, tôt ou tard, il les utilisera. Et comment peut-on parler de paix si la production, la vente et le commerce des armes augmentent ?

     

     […] dans l’ombre de l’hypocrisie et de la dissimulation : combien de massacres armés ont lieu dans un silence assourdissant, à l’insu de tant de personnes ! Les personnes, qui ne veulent pas d’armes mais du pain, qui peinent à aller de l’avant et qui demandent la paix, ignorent combien d’argent public est destiné aux armements. Et pourtant ils devraient le savoir ! Que l’on en parle, que l’on en écrive, pour que l’on sache les intérêts et les gains qui tirent les ficelles des guerres. »

    Que l’on sache les intérêts et les gains qui tirent les ficelles des guerres.

    Pourquoi avoir choisi la philosophie de Martin Luther King, à Gaza (ici, au collège Al Yarmouk), comme à Naplouse et Jérusalem ?

    Notre « petit livre rouge », The spirit of Luther King, imprimé à 2.000 exemplaires, commence ainsi :

     

    « Un individu n’a pas commencé à vivre vraiment tant qu’il ne s’élève pas au-dessus du confinement étouffant de ses problèmes d’individualiste, pour atteindre l’horizon plus ouvert des problèmes de toute l’humanité. »

    En termes encore plus simples, dès le deuxième paragraphe :

    « Tout être humain doit décider s’il veut avancer dans la lumière d’un altruisme créateur ou se cantonner aux ténèbres d’un égocentrisme destructeur. Tel est le jugement. La question la plus constante et urgente de la vie est de savoir, Que faites-vous, en ce moment, pour les autres ? »               What are you doing for others ?

    Au fait, pour ce qui est notre raison d’être, de nous adresser à vous : ce qui se passe à Gaza et en Israël depuis le 7 octobre 2023 n’est ni lointain ni abstrait.

    Ni lointain : des Juifs se font agresser, ici, en France, parce qu’ils sont juifs… tenus collectivement comptables du sort des habitants de Gaza. Retour aux années sombres.

    Ni abstrait : Depuis plus de quinze ans nous avons des amis, des familles amies là-bas. A Gaza même – des gens « normaux » : des étudiants, des enseignants, des opticiens…, comme à Sderot, la ville la plus proche de Gaza, attaquée le 7 octobre, à Kfar Aza et Nahal Oz, communautés dévastées par les attaquants venus de Gaza le même 7 octobre.

       

    Sur la photo de notre carte de vœux pour 2024, des femmes en blanc au pied du mur (de Gaza), la troisième en partant de la gauche, est Vivian Silver. Née en 1949, Vivian est morte brûlée vive dans son abri anti-roquettes, à Be’eri,  le 7 octobre au matin.

    Vivian était une pacifiste absolue, une des fondatrices de Women Wage Peace. C’était une lumière, un phare, pour tous, de constance, de bienveillance, d’engagement désintéressé.

     

     

       

    Retour à nos racines de Gaza : ces élèves de collège étudiaient notre « petit livre rouge ». Que sont-ils devenus dans le chaos actuel ?

    Leurs visages, leurs tenues, si proches de ce que l’on trouve ici, dans les salles de classe, en 4ème, en 3ème. Ils ont dû être « déplacés », avec leurs familles, dans le Sud.

     

    Sous des bâches, dans des abris de fortune. Un million de personnes ainsi « déplacées ».

    L’une de ces familles est celle du Dr Massoud, professeur d’anglais à l’Université Islamique de Gaza, spécialiste de la littérature anglaise de la fin 19ème siècle, début 20ème. Exposés aux intempéries, à la malnutrition, ils étaient réduits à 150 grammes de nourriture par personne, par jour. Nous avons réussi à leur faire parvenir le tiers de nos réserves actuelles de trésorerie, le 5 janvier 2024, soit la modique somme de 500 €. Avec quoi ils ont pu enfin se procurer farine et œufs, devenus hors de prix dans ces camps improvisés de réfugiés.

    C’est un lien, précaire, mais réel – et comme la moindre des choses.

    D’ici un mois, le rédacteur de cette Lettre sera de retour en Israël, directement dans le secteur de Sderot, Kfar Aza, où nous comptons des amis depuis une quinzaine d’années.

    TRENTE ANS APRES

    Les Messageries de la Paix sont nées l’été 1993, sur la route de Sarajevo.

    La question se pose toujours, en 2024 comme en 1993 : qu’y pouvons-nous, vraiment ?

    Deux voies s’ouvrent toujours, face à cette question. La première, de bonne foi, voir à quoi l’on peut contribuer, sincèrement, et dans quelle mesure. La seconde, hausser les épaules, et se replier sur « ses problèmes », son auto-confinement insidieux, quotidien.

    Oui, c’est lourd de se sentir solidaire, si peu que ce soit, d’hommes et de femmes qui traversent de telles épreuves, dans le froid et la fumée, l’explosion des obus, des bombes. Mais c’est encore bien plus lourd de baisser les yeux, et prétendre que l’on n’a pas entendu, que cela ne nous regarde pas !

    Au printemps 2023, il n’était pas évident de reprendre ce « bâton de pèlerin » de paix, et retourner sur notre chantier principal depuis l’an 2000. Pourtant, la décision avait été prise de le faire, et de poursuivre là-bas notre chemin, début octobre – à l’occasion d’un grand rassemblement des Femmes pour la Paix, prévu les 4 et 5 octobre entre Jérusalem et la Mer Morte, par Vivian Silver et ses amies. Un billet d’avion fut pris, via Athènes. Le 5 octobre, un  jeudi, je l’aurais passé à Jérusalem, avec elles. Le 6 au matin, j’aurais pris le car pour Sderot, où je serais arrivé chez les amis là-bas en début de shabbat. J’y aurais donc passé la soirée du 6, et me serais réveillé le 7 au matin, avec eux, au son strident des sirènes…

    Des problèmes d’état général m’ont fait reporter.

     

    Et c’est « heureux », car comment ne pas alors prendre parti pour les agressés, avec véhémence ? C’est-à-dire basculer dans un aveuglement unilatéral, ne plus voir qu’un côté ?

    « Messagers de paix », non partisans, notre premier souci est de comprendre par nous-mêmes, sur le terrain, de quoi il est question. Que les choses soient claires. Non comme on nous les sert sur les plateaux télé, et dans les mass media, mais, coûte que coûte, découvrir les différents aspects d’un problème : ne pas nous laisser enfermer dans un jugement exclusif, ne pas hurler avec les loups. C’est un devoir d’information complète, sans œillères.

    Nous avons appris cela en Bosnie, à travers les lignes de front, dès l’été 1993 : la réalité ne ressemblait pas à ses représentations virtuelles, que ce soit celles de TIME Magazine, du Monde, ou de la presse régionale, abreuvée comme elle l’est dans ses grandes lignes par l’Agence nationale de presse.

    En Bosnie, nous avons découvert qu’il n’y avait pas, d’un côté de bons Bosniaques musulmans, et de l’autre leurs oppresseurs, tantôt Croates et catholiques, tantôt Serbes et orthodoxes. En Bosnie, nous avons découvert, au contact, la présence de troupes de jihadistes, affiliés à Al Qaeda (rappelons encore que Ben Laden était présent, en personne, à Sarajevo, dès l’été 1993, et considéré alors par les services de renseignement égyptiens comme un élément-clef du « jihad » en Bosnie. ; en 1994, la correspondante du Spiegel pour les Balkans, Renate Flottau, le rencontrait dans les couloirs de la Présidence).

    La guerre s’achève en Bosnie en février 1996. Sur les quinze cent jihadistes qui s’y étaient rendus, un certain nombre s’installent avec des femmes bosniaques. Les autres « disparaissent » ou  rejoignent leur « théâtre d’opérations » suivant, en Algérie.

    Pour la compréhension chronologique des événements : dès 1992, le GIA, Groupe Islamique Armé, est créé et assassine prioritairement des intellectuels, des journalistes. En 1993, ces assassinats se multiplient, ceux d’étrangers commencent. En 1994, les étrangers quittent massivement le pays. Les attentats se multiplient contre la population civile, coupable de ne pas rejoindre les jihadistes. 1995, l’armée reconquiert des territoires considérés comme perdus. 1996, dans la nuit du 26 au 27 mars, une vingtaine d’hommes du GIA enlèvent sept moines français du monastère de Tibhirine. On découvrira leurs têtes seules le 31 mai. Le 1er août, c’est l’évêque d’Oran, Pierre Claverie, qui est assassiné. Des milices civiles s’arment contre les islamistes. 500.000 hommes sont engagés contre les maquis. 1997 est l’année la plus meurtrière pour la population, avec des massacres de civils continus.

    1998, les Messageries de la Paix lancent leur deuxième campagne « pour l’Algérie », depuis Alger, en avril, avec l’aide de journalistes algériens, et le soutien de 68 Prix Nobel. L’image que nous avons choisi de retenir de cette période, pour notre site, est celle de ces deux adolescents insouciants et rieurs, qui jouent aux dominos, à El Kettani.

     Les premiers mots de cet Appel pour l’Algérie étaient :

    « Nous sommes des êtres humains.

    Horrifiés par les carnages au nom de l’intégrisme, nous exprimons une ultime et universelle condamnation face aux actes sanglants de sauvagerie commis par les groupes terroristes armés en Algérie. Aucun discours, religieux ou politique, ne peut jamais justifier le massacre des innocents, l’assassinat d’un enfant, le viol d’une femme. »

    Parmi les Nobel qui avaient donné leur nom et leur soutien : les écrivains Saül Bellow, Claude Simon ; les lauréats de la Paix Gorbachev, Desmond Tutu, Elie Wiesel,  le Dalaï Lama, Betty Williams ; les chercheurs Roald Hoffmann, Jean-Marie Lehn, Ilya Prigogine, Jean Dausset, Christian de Duve, Roger Guillemin, François Jacob, Arthur Kornberg, Claude Cohen-Tannoudji…

    Cet Appel fut largement diffusé dans tous les media algériens (Le Matin, El Watan, El Moudjahid, Liberté…). Le Matin titrait à la une, les premiers, « 58 Prix Nobel se prononcent contre l’intégrisme », et La Nouvelle République : « on se démarque de la désinformation ».

     

    Vous ne serez pas surpris, sans doute, que notre campagne de 2023-2024, reprenne précisément et délibérément ces lignes, mot pour mot :

    « Parce que nous sommes des êtres humains, et que les êtres humains ne sont pas des monnaies d’échange,

    Parce que nous sommes horrifiés par les carnages et les pogromes du 7 octobre au nom d’une ‘résistance armée’,

    Nous exprimons notre ultime et universelle condamnation de tous les actes de sauvagerie sanglante sous prétexte de ‘guerre de libération’. Aucun discours, politique ou religieux, quel qu’il soit, ne peut jamais justifier le massacre d’innocents, l’assassinat d’un enfant, le viol d’une femme, le kidnapping de personnes âgées dans leur maison. »

     

    La différence, de taille, c’est que seule une poignée de Prix Nobel, à ce jour, soutient cet appel, et il est clair que nous n’atteindrons pas la soixantaine, ni même la trentaine de signataires.

    Entre 1998 et 2024, l’époque a basculé. De nombreux « luminaires » se sont éteints (Saül Bellow, l’archevêque Tutu, Elie Wiesel, Gorbachev, Betty Williams, Prigogine, François Jacob, Christian de Duve…) et ceux d’aujourd’hui semblent redouter les effets réducteurs des débats polarisés.

     

    Des débats polarisés, de toutes parts, c’est-à-dire s’enlisant rapidement dans des jugements partisans, réactifs, émotionnels, des oppositions de personnes, des accusations en chaîne, qui coupent court à tout échange constructif, contradictoire.

    Ici, c’est notre liberté d’expression, avec notre liberté de penser, qui est en jeu.

    Il est urgent de dépassionner la réflexion, de réhumaniser les relations – là où l’attitude partisane, lapidaire, déshumanise les personnes et les rapports.

    Il s’agit de partager des faits, non des opinions.

    Aussi, une partie vitale de notre travail se joue quotidiennement sur notre site bilingue, www.peacelines.org, qui est devenu, au fil des ans, une formidable bibliothèque, médiathèque en ligne, constituée d’archives, d’articles, de documents éclairants.

    En temps ordinaire, nous recevons une quarantaine de visiteurs par jour (155.600 depuis sa création en 2014, qui ont consulté non loin de 500.000 pages). Aux dates des 24, 25, 26, 27 janvier 2024, ils étaient 145 visiteurs, puis 136, 336, et 240. Nous nous sentons ainsi suivis, utiles, et sur un large faisceau horaire, puisque nous trouvons une centaine de passages dès le matin tôt – on en déduit, des usagers qui vivent à des milliers de kilomètres.

    C’est un petit site, artisanal, mais une telle fréquentation nous renforce dans l’idée de son utilité, sa nécessité, croissantes. Il nous arrive d’ailleurs de recevoir des messages chaleureux d’encouragement, de gratitude.

    Alors, vouloir la paix, œuvrer pour la paix, c’est d’abord une décision de clarté personnelle, de compréhension, de recherche constante des faits, des chronologies, des rapports de causes à effets. Loin des idéologies, et des idées toutes faites.

    Sous l’impact de guerres successives depuis 2022 (Ukraine-Russie, Israël agressé par Gaza le 7 octobre 2023) et des répercussions économiques que cela entraîne (inflation, augmentation effarante des prix des aliments – pas seulement à Gaza !), l’esprit humain s’assombrit, perd ses repères, toute espèce d’espérance. La France est déjà « championne » mondiale des antidépresseurs, fruits toxiques de l’anxiété, de l’insomnie. Nous tenons que la maîtrise quotidienne d’une information impartiale, précise, clairement descriptive, est un facteur essentiel d’équilibre et de sérénité, de confiance en soi.

    23h : tandis que je travaille à contacter quarante Prix Nobel (chercheurs, scientifiques pour la plupart), afin de les inviter à rejoindre notre campagne pour la libération des otages et une cessation durable des hostilités (formule de la dernière résolution du Conseil de Sécurité des Nations Unies), un coup d’œil jeté à la fenêtre Interactions de notre site m’annonce la présence, sans précédent, de 457 visiteurs ce 27 janvier. Ils se donnent le mot, passent à d’autres notre adresse : on ne se sent pas seul dans la nuit.

     

    C’est notre huitième campagne, en trente ans. La plus énigmatique, la plus difficile. Voici 24 ans que nous sommes engagés à cette charnière des civilisations, cette jointure entre les mondes – la « Terre Sainte ».

    S’il fallait dédier cette huitième campagne à l’un des soutiens qui nous ont quittés, ce serait à Coretta Scott King, la veuve de Martin Luther King. Il est des « absents » dont la présence est bien plus intense que tant de « présents ». Pour peu que l’on tende l’oreille interne, que l’on soit en paix, en accord avec soi-même.

     

     Si l’on admet que les guerres se répandent à la façon des virus, notre travail le plus vital est de renforcer nos systèmes immunitaires. Et de mettre au point les vaccins (les véritables vaccins) en mesure de nous protéger durablement.

    Les composants de ces vaccins contre l’autodestruction de l’espèce humaine existent. On en trouve les formules dans nombre d’ouvrages connus, et sur tous les chantiers où oeuvrent inlassablement infirmières, explorateurs, volontaires, hommes et femmes à l’esprit libre, et de bonne volonté. Il nous incombe de les identifier, et de transmettre, sans faute, de partager, simplement, le fruit précieux de ces efforts.

    Je veux dire que c’est un devoir, vis-à-vis de soi-même et des autres. Une urgence.

    Dans une des rubriques centrales de notre site, vous trouverez les couvertures d’une quarantaine de ces livres : http://www.peacelines.org/livres-recommandes-c24919578

    La liste de Livres recommandés n’a rien d’exhaustif, mais elle va de l’Abbé Pierre à Voltaire, en passant par Confucius, Descartes, Diderot, Einstein, Gandhi, Giono, Hessel, La Boétie, Mandela, Martin Luther King, Orwell, Oz, Platon, Saint-Exupéry, Thoreau, Vercors…

    En-dessous, vous trouverez 100 Voix pour la Paix, de A comme Abuelaish (I shall not hate / Je ne haïrai pas) à Z comme Zweig (Conscience contre Violence). A vous de voir… s’il en manque ?

    Minuit : 494 visiteurs, du monde entier, sont entrés dans notre bibliothèque ce jour.

     

    6h45, le lendemain : ils sont déjà 275 à être entrés chez nous !

    303 à 8 h. « The early bird catches the worm… » (proverbe anglais)

    842 en fin de journée ! Ce n’était jamais arrivé, en dix ans de présence en ligne.

     

    Pour revenir au problème central des composants contre l’autodestruction de l’espèce humaine en soi, il ne vient pas à l’idée de grand monde de sauter un repas, si on peut l’éviter. Eh bien, il est temps de considérer que l’esprit humain aussi a besoin d’être nourri. Nous ne sommes pas que tripes et boyaux. L’esprit aussi a faim. D’autant plus qu’il est réduit à la misère par une forme d’anorexie mentale, qui suit toujours sa plus grande pente.

    A force de ne pas chercher à comprendre, à force de se cantonner au moindre effort de la pensée, au plus profond minimum d’indifférence (à autrui, au monde), l’esprit, le mental, se réduisent en proportion, comme se réduit l’estomac de celui qui jeûne longuement. Et il n’est plus capable d’absorber quoi que ce soit de nouveau, d’enrichissant.

    Le philosophe Emmanuel Kant décrivait cet état comme une minorité : l’état de celui qui est mineur en droit, c’est-à-dire sous la tutelle d’une autorité extérieure. Il est très clair là-dessus : « Minorité, c’est-à-dire incapacité de se servir de son entendement sans la direction d’autrui, minorité dont il est lui-même responsable, puisque la cause en réside non dans un défaut de l’entendement [de l’intelligence], mais dans un manque de décision et de courage. »

     Kant n’y va pas par quatre chemins : « La paresse et la lâcheté sont les causes qui expliquent qu’un si grand nombre d’hommes [et de femmes, ajouterons-nous], après que la nature les a affranchis d’une direction étrangère [familiale, scolaire], restent cependant volontiers, leur vie durant, mineurs… »

    Et la première phrase de son petit manifeste de 1784, Qu’est-ce que les Lumières ? sonne clair et net : « L’Aufklärung, les Lumières, c’est la sortie de l’homme de sa minoritédont il est lui-même responsable. »  Au 21ème siècle, nous dirions : Les Lumières, c’est la sortie de l’être humain de sa minorité, dont il & elle est lui-même, elle-même responsable. »

    « Ne pas mettre le contrôle à l’extérieur » dit un certain, dans le sens de : ne pas se défausser sur autrui de ses propres carences, insuffisances. Nous sommes responsables de nos faiblesses, de nos échecs.

    Par où Kant rejoint Martin Luther King. Le second nous clame que la question la plus urgente, la plus constante,  dans toute notre vie, c’est : Tu fais quoi, là, maintenant, pour les autres, pour tes proches ? Le premier nous serine : si tu te conduis, à ton âge, comme un enfant mineur, c’est que tu manques de courage, de décision ; ta paresse, ta lâcheté en sont seules la cause. L’un nous parle de notre cœur, l’autre de notre esprit (notre entendement). En fait, le cœur et l’esprit (le mental) ne vont pas l’un sans l’autre, si l’on veut vivre en harmonie, en paix avec soi-même – et avec nos proches, ceux qui nous entourent, et ceux que nous ne connaissons pas encore, mais qui ont besoin de nous, « au loin ».

    Au loin : concrètement, lorsque les banques ouvriront, dans quelques huit heures maintenant, il faudra se rendre à l’agence, et opérer un second virement, de 500 €, pour la famille du Dr Massoud, « déplacée » dans des camps de fortune, à Gaza-Sud. De sorte qu’ils puissent racheter de la farine et des œufs, déjà. Massoud, qui est enseignant en faculté, n’a pas reçu de salaire durant les vacances d’été, et, bien sûr, pas un centime depuis que la guerre a été déclarée par les islamistes au pouvoir, le 7 octobre 2023, et que l’armée israélienne est entrée dans la Bande de Gaza avec ses tanks.

    Et puisque nous avons commencé cette lettre, Trente Ans Après la naissance de nos Messageries, avec une photo de Haïm Peri, lorsqu’il était libre, et seulement moustachu, voici à quoi il ressemble, maintenant qu’il est détenu dans des souterrains humides et sombres de Gaza, avec ses voisins, Yoram Metzger, 80 ans, et Amiram Cooper, 84 ans. Kidnappés le 7 octobre au matin, dans leur village de Nir Oz – où la moitié des habitants ont été soit assassinés, soit enlevés.

     Sortir de l’état de minorité (La Boétie parlait de Servitude Volontaire), ici, concrètement, c’est chercher ensemble ce que nous pouvons entreprendre pour que ces hommes remontent à la surface, et retrouvent leur liberté – et avec eux, la centaine d’otages enfermés dans les tunnels de Gaza. Que puissent enfin, aussi, rentrer chez eux le Dr Massoud, sa famille, et les centaines de milliers de Gazaouis « déplacés » - s’ils ont encore un « chez eux ».

    Avant de « conclure », il nous reste deux questions à aborder.

    La première est de savoir pourquoi nous n’avons pas rejoint la plate-forme des o.n.g. qui ont réclamé un cessez-le-feu immédiat. Nous tenons que ce sont là des incantations de pure forme, sans aucun rapport concret avec la réalité. « La paix, la paix ! », qui ne la veut pas ? Ce sont ses conditions de possibilité qu’il faut exiger.

    D’abord, la libération de tous les otages kidnappés le 7 octobre 2024. Et la fin permanente des tunnels d’attaque et de séquestration à Gaza. De même que les terroristes basques et irlandais ont fini par renoncer aux armes – en 1994 pour l’IRA, en 2011 pour l’ETA –, de même que les terroristes algériens ont été défaits en 1998-1999, les terroristes palestiniens doivent désarmer. Le combat pour la liberté et la justice ne peut se poursuivre, et triompher, que par des voies non-violentes.

    L’autre objection provient d’une observation de la condition humaine au fil du temps. Des guerres, sait-on, « il y en a toujours eu », et donc, il-y-en-aura-toujours.

    La conjonction de coordination, le « et donc » qui est implicite, instantané, et qui exprime bien, logiquement, conséquence et conclusion du constat d’éternel retour des guerres, n’a pas valeur d’obligation pour nous.

    Nous sommes au monde, c’est un fait.

     « Aucun être humain n’est une île, en autarcie profonde; tout être est un morceau du Continent, fait partie de l’ensemble… La mort de tout être me diminue, parce que je suis impliqué dans l’Humanité. »

    Pensée profonde d’un immense poète, prédicateur, et soldat, d’il y a cinq siècles, John Donne, sur les méfaits de l’isolement, du repli sur soi, de la solitude vécue comme mal absolu.

    Nous sommes au monde, tous autant que nous sommes, au monde tel qu’il est, avec ses mille et une merveilles et catastrophes. Nous y prenons notre part, simplement, sans nous défiler, et sans défiler sous des bannières.

    Notre refus de la fatalité, de la résignation qui va avec l’indifférence, est une réfutation radicale d’un soit-disant rapport logique pour justifier la chaîne des guerres. Cette chaîne, forgée d’impuissance et d’obsession du profit personnel, nous n’en voulons pas.

    Une des beautés du jour est cet écho reçu ce matin de Gaza, à partir d’un jeu de mots de ma part (« it’s Donne » - « c’est fait », le virement pour la survie de dix personnes là-bas). Massoud réagit : « Parfois, j’enseigne Donne, le monarque de l’esprit. »

    Pensez-y : il n’y a pas que des fanatiques, des sanguinaires, à Gaza. Mon expérience, sur de longues années, est qu’ils sont très minoritaires.

    Dans le fond, où que nous soyons, la ligne de démarcation est toujours entre les dogmatiques, les lourds, forts de leur violence mentale, verbale, et les autres, immense majorité, dont le tort principal est de craindre les premiers.

    En choisissant de nous tenir debout, et sans angoisse, notre ego réduit à la plus petite part, notre esprit renforcé par tous ces porteurs de lumière qui nous ont précédés, c’est autant pour nous, pour notre équilibre, que nous combattons, que pour les autres.

    Notre premier traducteur de Martin Luther King en arabe se nomme Saed Bannoura. De Bethléhem. Fier, avec les siens, d’avoir vu leur nom imprimé à la fin du texte du Dr King. Or, en arabe, Bannoura signifie : Avec lumière, Porteur de Lumière

    Saed, à 19 ans, fut mitraillé par un commando israélien qui opérait en civil, à un carrefour de Bethléhem. Son crime était de se trouver au mauvais endroit au mauvais moment, et d’avoir identifié les trois hommes comme non-palestiniens. Ils l’ont laissé pour mort, dans une flaque de sang, et lorsqu’il est sorti de l’hôpital où il fut transfusé et soigné, c’était dans un fauteuil roulant, paraplégique à vie.

    Tel est l’homme qui a osé faire passer ces pensées dans la langue d’Ibn Arabi et Himoud Brahimi : « J’ai décidé que je vais mener la bataille pour ma philosophie. Il faut croire en quelque chose en cette vie, et y croire avec tant de ferveur que vous allez tenir bon sur ces positions jusqu’à la fin de vos jours.

    Je ne peux pas me résoudre à croire que Dieu veut que j’aie la haine en moi. J’en ai assez de la violence. Et je ne vais pas laisser mon oppresseur me dicter quelle méthode je dois employer. Nous avons un pouvoir, un pouvoir qui ne se trouve pas dans les cocktails Molotov, mais nous avons en vérité un pouvoir. Pouvoir qui ne se trouve ni dans les armes ni dans leurs balles, mais nous avons ce pouvoir. »

    Si nous pouvons avoir un regret, concernant la diffusion de notre Programme Bilingue Expérimental « Martin Luther King » (d’éducation à la coexistence constructive, à la non-violence, agréé par écrit par le gouvernement palestinien en 2006), c’est que le ministère (Hamas) de l’éducation à Gaza y ait fait obstacle continûment, et que son homologue israélien à Jérusalem n’ait guère témoigné d’enthousiasme à ce jour.

    On s’interroge parfois sur les raisons de l’échec des accords d’Oslo en 1993. Comme s’il suffisait que des dirigeants au sommet (de longévité restreinte : Rabin fut assassiné en 1995, Arafat est mort en 2004), comme s’il suffisait qu’ils signent un papier à Washington pour que la paix, miraculeusement, se fasse entre les peuples.

    La triste réalité, en France comme en Palestine ou en Israël, c’est que nulle part dans le système scolaire ne s’enseignent vraiment le respect de l’Autre, l’ouverture bienveillante, l’esprit critique, la coopération d’entraide (à tel point que, en France, il a fallu attendre janvier 2024 pour que la décision d’un ministre différent des autres, Gabriel Attal, soit appliquée, d’instaurer des cours d’empathie).

    La non-violence, la coexistence intelligente, ne vont pas de soi. Elles s’apprennent.

    Elles ont leurs codes, leur grammaire, leur langage propre, qui n’est pas acquis.

    Sans enseignement en profondeur de ces codes, de cette grammaire constructive de rapports compatibles, il est inévitable que dissensions et conflits l’emportent en nous.

    Retour à Martin Luther King, dans notre petit livre rouge :

    « Je me demande souvent si oui ou non l’éducation atteint ses objectifs. […]. Sauver l’être humain du marécage de la propagande, à mon avis, est l’un des buts principaux de l’éducation. L’éducation doit nous permettre de filtrer et soupeser des preuves, de discerner le vrai du faux, le réel de l’irréel, et les faits de la fiction.

    La fonction de l’éducation, par conséquent, est d’enseigner à penser intensément, et à penser de façon critique. Mais l’éducation qui s’arrête à la performance, à l’efficacité, risque d’être la plus grave menace pour la société. Le plus grand criminel risque d’être l’homme doué de raison mais sans morale. Nous devons nous souvenir que l’intelligence n’est pas assez. […] Une éducation complète donne à la personne non seulement le pouvoir de se concentrer, mais des objectifs dignes de concentration. »

    Pour ne pas quitter déjà l’homme d’Atlanta, de Montgomery, Alabama, laissons-le conclure :

    « Je pense que la plus grande victoire de cette période fut… quelque chose d’interne. La vraie victoire fut ce que cette période a accompli dans notre psychisme. La grandeur de cette période fut que nous nous sommes armés de dignité et de respect de soi. »

    Ailleurs, il nous rappelle aussi que ce combat pour la dignité et le respect tant de l’Autre que de soi, est un combat de tous les instants. Il imprègne tous nos choix, des moindres d’entre eux aux plus essentiels. Il ne laisse aucun secteur de notre vie en friche, en dehors.

    Ainsi, déjà, des orientations que l’on propose aux adolescents. Puisqu’il faut bien « gagner sa vie », sait-on. Combien se perdent, en traînant les pieds, sur des parcours sans objectifs véritables, qui soient utiles à une société plus juste, plus humaine.

    Il ne manque pourtant pas de chemins, de pistes, qui mènent non seulement à « la réussite »,

    mais à l’accomplissement de soi pour les Autres.

    Souffleur de verre, peintre, dessinateur, musicienne, explorateur, ostéopathe, boulangère, aide soignante, auxiliaire de vie, forgeron, céramiste, cinéaste, photographe, institutrice, interprète, webmaster, sage-femme, reporter, témoin, vigie, sentinelle… Que ton métier, ton emploi soit essentiel, non au confort ou à la routine sociale, mais à la survie et à l’épanouissement de la communauté humaine. Que tu sois irremplaçable.

    Que ton instinct soit d’intervenir, de prendre position, et de tenir ces positions : pour les faibles, les fragiles, les incompris, les oubliés – arbres et animaux inclus ; pour la beauté et la protection de notre monde. Discrètement, silencieusement souvent (« le bruit ne fait pas de bien, le bien ne fait pas de bruit »), mais dans la constance, la fiabilité.

    Dans les mots de Gandhi : sois le changement, toi, dans ta vie, que tu veux voir dans le monde. Sois crédible…

     

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire
  •  

     

    Lettre de liaison n° 125 - 15 janvier 2024

     

     

    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks

    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires